Les Etrusques

L’origine des Etrusques est encore floue et occasionne des débats depuis l’Antiquité. Certains auteurs les disent d’origine grecque (d’Anatolie en fait), d’autres les pensent autochtones (issus de la civilisation villanovienne). Il est vraisemblable en réalité que l’émergence de la puissance étrusque est un mélange de plusieurs apports et d’une longue maturation. Des foyers villanoviens sont exhumés au nord et au sud de l’Italie et témoignent du début de l’âge du fer. A la date mythique de sa fondation, au VIIIe siècle av. J.-C., Rome est dominée par des aristocrates villanoviens. Peu à peu, l’archéologie révèle une forte influence de la Grèce et de l’Orient, dans les produits manufacturés, et surtout dans les panoplies militaires. Le guerrier étrusque ressemble désormais à un hoplite grec, et comme lui il se bat en phalange. Les Etrusques sont connus comme d’excellents artisans, notamment du bronze, et d’habiles commerçants. Leurs productions se retrouvent du Nord des Alpes jusqu’en Afrique. Carthage est leur alliée. Les Grecs en revanche, qui rivalisent avec eux en Méditerranée, surtout en mer tyrrhénienne (littéralement « la mer des Etrusques ») les décrivent comme de redoutables pirates. Ils seront en définitive battus sur mer par les Grecs et obligés d’ouvrir de nouvelles voies commerciales, terrestres celles-là.

Les Etrusques forment des cités-états, parfois regroupées en ligues de 12 villes (dodécapoles), unies par des liens religieux, mais non politiques. Cette autonomie des cités étrusques sonne leur déclin face à Rome qui prend peu à peu l’ascendant sur ses rivales. Incapables de s’unir au moment critique, elles passeront les unes après les autres sous la domination romaine.

L’histoire de Rome est indissociable de celle des Etrusques. Idéalement située pour traverser le Tibre et aller commercer avec le Sud, à proximité de marais salants, l’emplacement de Rome attise les convoitises. Les Etrusques l’occupent de bonne heure. La mythologie romaine nous fait connaître les noms de plusieurs rois étrusques qui ont gouverné Rome. A la fin du VIe siècle (en -509, traditionnellement, mais sans doute un peu plus tard) la royauté est renversée et remplacée par une république. Ce sont toutefois toujours les élites étrusques qui gardent le pouvoir, mais peu à peu l’élément latin de la cité prend l’ascendant. Expansionniste, Rome part alors à la conquête de ses voisines étrusques au Ve siècle. Sa domination sur la péninsule sera totale au Ier siècle av. J.-C., après la Guerre Sociale. L’apport étrusque à la civilisation romaine est considérable, et s’observe sur de multiples plans.

Centrée sur l’Histoire romaine, l’association PAX AUGUSTA s’est intéressée au passé étrusque de Rome et a choisi d’illustrer la période légendaire où les rois étrusques ont été chassés au profit d’une république. Bien sûr le récit mythique est assez éloigné de la réalité. La littérature latine a imposé sa vision des choses pour la plus grande gloire de Rome ; la tradition étrusque quant à elle a été progressivement annihilée, mais transparaît ici ou là et parle encore à l’historien.

La section étrusque de PAX AUGUSTA a pris le nom de vicus tuscus, c’est-à-dire « le village des Etrusques » : lieu qui leur fut assigné dans la ville de Rome au début du Ve siècle avant notre ère. Elle est aujourd’hui parrainée par le professeur Jean-Paul Thuillier, grand spécialiste des Etrusques en France, mais aussi de la littérature latine et du sport antique.